Vos commentaires

(pour envoyer votre commentaire… rendez-vous à la page Contact !)

11 Octobre 2015

“J'ai lu il y a quelques temps votre livre sur Auguste François et tenais à vous féliciter et à vous remercier. Je travaille en Chine depuis 32 ans et il est toujours intéressant de comparer la Chine d'aujourd'hui et la Chine passée. Et de voir que le travail diplomatique ne change guère !”

Bertrand C.

24 Septembre 2015

“ (…) Je connais Auguste François depuis les années 90, mais j'ai lu votre livre avec beaucoup d'intérêt et, croyant déjà connaître pas mal l'Histoire coloniale en Indochine, j'y ai appris beaucoup de choses. Il est extrêmement bien documenté et aborde très clairement les méandres des intrigues en tous genres qui ont accompagné le projet et la construction du train, et la personnalité extraordinaire de ce Consul visionnaire, diplomate original - sinon marginal, tellement il est différent du personnel classique du Quai d'Orsay - en but aux intrigues et affairistes en tous genres.”

Anne S.

1er Août 2015

“Je suis en train de lire votre ouvrage, qui me suit tout l'été et je me régale : quel travail ! Vraiment bravo !”

Geneviève Clastres,
interprète de Li Kunwu, auteur de la BD “La voie ferrée au-dessus des nuages.”

1er Juin 2015

“J'ai terminé la lecture de votre ouvrage “Le Consul qui en savait trop” voilà bientôt quinze jours et pourtant l'image d'Auguste François “trottine” dans ma tête.

Je suis heureux d'avoir découvert cet honnête homme, lucide et courageux, confronté à des hommes à l'ambition démesurée, peu scrupuleux et affchant un mépris pour les populations locales, en l'occurrence ce petit peuple chinois que j'aime tant.
Merci pour cette belle découverte d'un héros anonyme dans ce cadre magnifique de la Chine de l'Ouest.

Encore merci et toute ma considération.”

Hervé C., ancien Commandant de la Marine Marchande

27 Mai 2015

(…) “La Ministre se réjouit du fait que le Musée Guimet ait pu mettre en place, avec votre concours, une exposition sur les récits croisés de deux Français expatriés dans le Sud de la Chine au XIXe siècle, dont le Consul Auguste François, à l'occasion de la construction du chemin de fer.

(…) “L'exposition du Musée Guimet à laquelle vous avez participé fait partie des projets de grande qualité qui ont pu voir le jour. Le public a ainsi pu découvrir l'action injustement méconnue d'Auguste François et un moment important de notre Histoire collective.”

Le Directeur de Cabinet de Madame la Ministre de la Culture & de la Communication

22 Mars 2015

“J'en avais lu seulement quelques courts extraits il y a trois ans (…) mais moi, je ne l'avais pas et sa lecture in extenso, que je viens d'entreprendre, me passionne à mon tour.

Les aspects politiques et la forte personnalité de ce Consul trop méconnu, Auguste François, qui a su lutter vaillamment contre les visées colonialistes de Paul Doumer aux dépens de nos relations à long terme avec la Chine, et contre les intérêts exclusivement financiers du secteur privé (Fives-Lille & co) aux dépens du contribuable français, sont très intéressants (en particulier au Chapitre 1 “Consul à Longzhou, le temps de tous les possibles, où la route du Consul croise celle du chemin de fer , pp.57-138)“

Philippe C.,
petit-neveu d'un contemporain d'Auguste François
ingénieur-topographe du chemin de fer actif en Chine

17 Février 2015

“Votre livre fait écho pour moi à certains aspects de notre nouvelle diplomatie économique, certains chemins, pas que de fer, empruntés pas toujours dans le sens que l'on imagine au départ. (…) J'ai bien aimé votre écriture limpide. Mais surtout la morale de cette histoire, peu enseignée.”

Philippe Reltien (Radio-France, Beijing)

reçu le 02 Janvier 2015

“J'ai lu votre livre. Outre un regard lucide sur un aspect - de moi non connu - de l'appétit de colonisation de certains dirigeants français au tournant des XIXe et XXe siècles, votre étude nous rappelle combien de destins individuels se sont joués lors des grands mouvements collectifs.

Merci à vous pour ce travail et meilleurs vœux pour la nouvelle année.”

Lionel Jospin

29 Novembre 2014

“ Bravo pour votre ouvrage !

De retour de Chine, j'ai plaisir à vous écrire. Je tarde et m'en excuse à vous faire part de mes félicitations pour votre livre sur Auguste François.

Quel travail de recherche vous avez mené et quel talent pour nous rapporter les faits en un captivant roman ! A quand le film ?

L'expo qui se tenait à Nice, sera-t-elle de nouveau présentée ailleurs ?

Mon côté petit aventurier, ma formation technique et les projets que j'ai co-pilotés (…) dans les années 90 me permettent de bien imaginer les difficultés qu'Auguste devait surmonter et à mesurer ses talents de conciliateur.

Pouvons-nous comparer Auguste François et Christophe Colomb : engagés dans un vaste projet, dans l'inconnu, se battant contre leurs autorités nationales et devant s'allier les populations locales, prenant de grands risques pour eux et leurs équipes, …. ?”

Frédéric L.


07 Octobre 2014

”(…) Toute l'histoire est là, comment sauvegarder les intérêts français, accomplir sa mission de Délégué au chemin de fer chargé des négociations en vue de la création du chemin de fer du Yunnan, obéir à son ministre, rester un être humain et garder le respect de soi-même, face à la brutalité de tels pouvoirs ? 

Le récit historique de ces évènements, rapporté par Désirée Lenoir, est le résultat de plus de quatre ans de recherches, il peut être lu comme un roman d'aventure dont nous connaissions tous les protagonistes en dehors du principal acteur “Auguste François, Consul de France”.”

FranceFineArt


08 Août 2014

“J'ai pu me rendre à l'exposition dont vous vous êtes occupée au Musée des Arts Asiatiques de Nice, que j'ai réellement trouvée très passionnante.”

Claude D.


13 Juillet 2014

“J'ai pu voir votre expo à Nice. La rotonde est bien adaptée au déroulé de la vie peu banale de ce Consul et la scénographie est très agréable.
Tout en ayant lu votre livre, j'ai appris beaucoup d'éléments nouveaux. La qualité du travail ethnographique de ce Consul saute aux yeux.
J'ai pu constater que les quelques enfants qui accompagnaient des parents ayant manifestement vécu en Chine percevaient aussi très bien, à travers les photos, les réalités de cette époque.
Merci en tout cas pour cette maginifique expo.”

Françoise W.


25 Février 2014

“Nous sommes allées visiter l'exposition Auguste François et avons été passionnées ! C'est une découverte. Ce consul paraît avoir été un homme de dialogue et de paix”

Catherine L.

19 Février 2014

“Votre livre (…) m'a procuré beaucoup de plaisirs divers et d'émotions qu'il n'est pas facile de résumer.
(…) On y apprend des tas de choses sur l'histoire industrielle et coloniale de la France, sur les rêves et les ambitions qui la portaient, sur la personnalité admirable ou pitoyable de ses acteurs et sur les groupes industriels et financiers impliqués, avec leurs conflits. Votre manière d'en parler éclaire aussi sur les problèmes d'aujourd'hui, qui, d'une certaine manière, sont de même nature (…) Cette approche synthétique donne de l'intérêt au livre et de la vivacité.

(…) En fin de livre, on se met à regretter l'impossible : ce qu'auraient été les relations franco-chinoises avec des gens comme votre héros et sa poignée d'amis et sans ces margoulins et ces soudards qui se croyaient tout permis et à qui on a dédié plus tard des rues et des places.

(…) Une bonne carte, bien lisible, eût été utile.

(…) Merci d'avoir mêlé le récit, l'analyse et la compassion avant de terminer sur l'heureuse évocation d'Antigone, celle qui dit NON ! ”

Alain Bouc, Groupe Chine/Ligue des Droits de l'Homme (LDH)


11 Février 2014

”(…) Magnifique exposition Auguste François qui se tient actuellement à Nice. (…) Nous nous réjouissons que les témoignages photographiques d'Auguste François poursuivent leur diffusion auprès du grand public”

Viviane Esders, expert-conseil en photographie

1er Février 2014

“Félicitations pour cette exposition qui je l’espère, mettra en lumière tout votre réflexion et votre travail patient pour faire découvrir au public Auguste François.”

M. Laffon

31 Janvier 2014

“En lisant ton livre j'ai découvert, non seulement la figure d'Auguste François, mais aussi la vérité sur Paul Doumer.”

Brice Lalonde

22 Janvier 2014

“ La Chine suscite curiosité et intérêt historique. Les Chinois sont les premiers à s'intéresser à un passé longtemps occulté, celui qui s'inscrit entre l'humiliation coloniale et la prise du pouvoir par Mao Ze Dong. Il est certain que Le Consul qui en savait trop répond à leur désir d'en savoir plus sur cette période à la charnière des XIXe et XXe qui a vu l'irruption de la modernité occidentale dans leur pays.

Mais cet ouvrage va plus loin dans l'ordre de l'écriture historique. Son personnage central est un anti-héros au sens où les héros sélectionnés par les historiens et la légende ont en règle générale provoqué de grands bouleversements, souvent pendant ou après avoir fait couler des torrents de sang.

Auguste François a agi à l'inverse. L'essentiel à l'actif de son action n'est pas ce qu'il en reste de tangible — d'avoir rendu possible l'établissement d'une ligne de chemin de fer entre Kunming et Hanoï - mais d'avoir empêché le Gouverneur de l'Indochine Paul Doumer, qui se croyait le destin d'un Grand Dirigeant et que l'Histoire a retenu comme tel, de déclencher une guerre d'annexion du Yunnan et du Sichuan avec l'appui du très puissant Parti Colonial français.

Où l'on voit qu'un diplomate a changé le cours de l'Histoire, par défaut. Certes il n'était pas seul et a su mobiliser ce qu'il fallait d'entregent et d'autorité pour éviter le pire. Cependant, ce livre apporte la démonstration que s'il n'avait pas pas été possédé par cette virtu si difficile à préserver quand se compromettre s'impose, le pire - la guerre - serait advenu.

Il n'y a pas d'homme providentiel isolé car une personne seule ne peut rien. Mais sans l'intervention d'un homme providentiel, l'Histoire prend une autre direction.

Le rôle qu'Auguste François a joué est paradoxalement considérable si on y regarde de près mais peut être ignoré à l'aune de ce qu'on demande traditionnellement à un grand homme, imprimer sa marque aux événements.
Ceux dont il a brisé les rêves de grandeur ont presque réussi à anéantir la mémoire de son action. Presque…

A. Sieber

28 Novembre 2013

“C'est la France de Jules Ferry qui est dévoilée et l'appétit insatiable d'orgueil de la France et de sa “mission civilatrice” qu'elle a exercée dans les deux derniers siécles au moins, avec toujours en filigrane cette excuse d'essence quasi-divine d'apporter la Lumière aux Primitifs (…) Ferry-le-Tonkinois a préparé les guerres du Vietnam. Et ils ont voulu envahir la Chine …!!!! Mais l'Histoire est parfois malicieuse et la France Eternelle a connu l' “effet boomerang” de sa voie ferrée…. les coolies et autres travailleurs ne sont pas morts pour rien !

Le Consul était un homme exceptionnel de lucidité et de loyauté envers son idéal de la chose juste. Merci de l' avoir fait connaitre en le sortant de l 'ombre.”

Jakez L.

14 Janvier 2013

“J'ai lu ton livre sur le Consul et découvert un monde que j'ignorais. C'est une plongée intéressante dans une histoire dont on ne parle jamais.”

Philippe Panerai, architecte et urbaniste

09 Octobre 2012

Chère Madame,

(…) “Je suis en train d'achever la lecture de votre livre, dont vous avez su rendre le sujet intéressant et même attrayant”

Pierre Brocheux, historien de l'Indochine, Sté Fr. d'Histoire de l'Outre-Mer (SFHOM)

29 Juin 2012

Chère Madame,

(…) J'ai déjà lu “votre” consul. Bien que je sois spécialiste, plutôt, de la fin de la période coloniale en Indochine, la guerre dite “française”, je m'intéresse évidemment à toutes les manifestations du colonialisme français dans cette région (et ailleurs…).

Le rôle d'Auguste François m'avait déjà été signalé par mon regretté maître et ami Charles Fourniau. Votre livre confirme les ambitions (qui paraissent aujourd'hui invraisemblables !) de certains éléments des classes dirigeantes françaises. Des projets d'annexion avaient été émis, vous le savez, sur l'île de Hainan.

(…) Félicitations.

A. Ruscio, historien de l'Indochine/Histoire comparative de la colonisation

16 Juin 2012

Madame,

(…) Depuis deux ans et demi que j'exerce les fonctions de Consul Général de France à Chengdu, j'ai eu naturellement de nombreuses occasions de m'intéresser à l'histoire d'Auguste François ainsi qu'à celle de la ligne de chemin de fer qui va de Kunming à Hanoi (…)

La lecture in extenso de votre livre sur A. François m'a passionné, en particulier son opposition à Paul Doumer et les rivalités, aujourd'hui heureusement éteintes, entre les Affaires Etrangères, la Marine et les Colonies. (…)

E. Rousseau, Consul Général de France à Chengdu (Sichuan), R.P. de Chine

03 Juin 2012

Maire adjoint de Gretz-Armainvilliers, j'ai organisé en Mairie de Gretz-Armainvilliers une conférence dédicace le 25 février 2012 qui a rencontré un vif succès tant l'aventure du Consul Auguste FRANCOIS est passionnante et largement ignorée de l'histoire diplomatique française et des diplomates français.

On découvre ainsi la personnalité trouble de nombreux caciques humanistes de la Troisième République, comme Paul Bert ou Paul Doumer, lequel était prêt à faire un coup d'Etat pour parvenir à ses fins : la conquête du Sichuan ! Qu'est qu'on aurait pas dit si Napoléon III avait osé une pareille conquête contraire au bon sens et la plus élémentaire humanité !
En outre on découvre aussi l'aventure de la construction de la ligne de chemin de fer entre le Vietnam et la Chine dans une région particulièrement tourmentée, avec ses ponts, ses viaducs et ses tunnels !
Bref un livre plein de découvertes, toutes nos félicitations à Désirée Lenoir ! Et merci à nos amis chinois pour garder précieusement le souvenir du Consul François !

Christian Bourdeille, Maire-adjoint, Mairie de Gretz-Armainvilliers (77)

18 Mai 2012

Il serait parfaitement justifié que cet ouvrage connaisse un succès qui dépasse le cercle des amateurs d'histoire et de civilisation chinoise. (…) Le travail accompli par les diplomates français reste en effet très peu connu du public, et les chercheurs dépouillant les archives du Quai d'Orsay hésitent sans doute à se risquer dans le difficile pari de la rédaction d'un livre à la fois rigoureux et attrayant, pari réussi par Désirée Lenoir.
(…) Cette période, et les évènements qui s'y déroulent ont toujours suscité des textes et des oeuvres qui devraient les sortir de l'oubli pour le public français : les programmes scolaires (Histoire contemporaine, classe de 1ère) qui permettent de comprendre  le jeu des grandes puissances (…) la pièce de théâtre d'un grand auteur : Claudel,  ” Le Partage de midi “ (…) et même le cinéma avec “Les pirates du rail ” (Christian-Jaque, 1938).
(…) C'est avec un intérêt accru que l'on découvre un angle de vue donné par un témoin de première main, Auguste François, le bien nommé “Consul qui en savait trop”. A-t-il vraiment compris, à son retour de Chine, à quel point il a été instrumentalisé, comme le dévoile l'auteur au Chapitre IV, à la fois “homme de la situation” pour la construction du chemin de fer et les relations avec les mandarins, et marionnette d'une pièce de théâtre dont Paul Doumer fut l'un des “auteurs-interprètes ” avec le Quai d'Orsay ? Doumer a-t-il agité sérieusement le drapeau de la “conquête ” du Yunnan ? N'a-t-il pas entraîné les Compagnies dans l'aventure du Yunnan avec la seule et lucrative, promesse de dépenses payées par l'Etat, et de garanties indemnitaires ?

(…) Le dessein de l'auteur n'est pas (même en invoquant les mânes des coolies morts pendant la construction de la ligne), d'alimenter la repentance coloniale française ; les chinois, ou les peuples de l'ex-Tonkin ne la réclament pas. Il est de démontrer qu'il a été possible à cet homme, dans son activité quotidienne, parfois au péril de sa vie, de ne pas fléchir dans “son éthique personnelle”. C'est en tout cas la belle leçon de cet ouvrage.

Noël L.

18 Mars 2012

«Grâce au livre de Désirée Lenoir, j'ai découvert tout un pan de notre Histoire que j'ignorais complètement, depuis les conditions de vie sur place, en passant par les relations diverses entre Français et Chinois, entre responsables des deux pays, jusqu'aux dessous des personnalités françaises pas toujours très brillantes. Une fois de plus, on peut constater que la meilleure bonne foi n'est pas toujours récompensée.
Je comprends que l'auteur ait été conquise par Auguste François dont la droiture, la lucidité et la capacité d'anticipation étaient hors du commun. Merci à elle !»

Lauriane de H.,artiste lyrique mezzo-soprano

19 Février 2012

“Votre livre sur Auguste François m'a tenue en haleine et je vous félicite chaleureusement pour cet ouvrage d'art, un peu à l'image du Pont aux Arbalétriers ! Votre style est formidable, léger mais informatif, et vos recherches nous mènent dans l'intimité de cette époque qu'il nous semble connaître - autant que possible - en refermant la dernière page.
(…) une bonne carte aurait été utile pour mieux comprendre le tracé de la ligne (…) votre travail est remarquable, vous avez une vraie plume, une grande intelligence du pays et du temps, tout à votre honneur en même temps qu'à celui d'Auguste François. Un très grand bravo !”

Nicole A.

30 Janvier 2012

“Votre livre est passionnant !”

Librairie-Galerie Impressions

22 Janvier 2012

“C'est une réussite d'avoir rendu intéressant et vivant un sujet aussi difficile”

François de S.

06 Janvier 2012

“J'ai lu “le Consul qui en savait trop” et je me suis régalé : bravo pour l'enquête, le récit, le ton. Mais quelle tristesse …“

Bernard L.

20 Décembre 2011

“Intéressant et très documenté. Je comprends mieux qu'il ait fallu du temps pour écrire un tel livre. Effectivement, c'est tout un pan de l'histoire coloniale française que j'ai découvert.
Si je peux me permettre, j'ai regretté de ne pas y avoir trouvé une carte actuelle en couleurs pour mieux situer exactement les lieux, ainsi que quelques photos en couleurs de ces différents lieux que tu as certainement dû visiter lors de tes voyages.”

Pascal B.

22 Novembre 2011

“Un pan caché de l'histoire de France, soigneusement décortiqué par un auteur qui ne laisse rien au hasard, refuse les on-dit, et recherche avant tout la vérité.
Les faits sont habilement mêlés aux expériences de l'auteur sur les traces de son héros, dans un livre historique qui se lit aussi passionnément qu'un roman de la meilleure facture.”

Michel Hugot

14 Novembre 2011

“Auguste François, voilà un homme qu'on regrette de ne pas avoir connu !
Peu ou pas d'ouvrages parlent de personnages qui ont évité des guerres alors qu'on écrit volontiers sur ceux qui les ont provoquées ; c'est là la grande originalité de cet ouvrage remarquable réalisé par Désirée Lenoir. Ses propres impressions de voyage, sur les traces du fameux Auguste, sont pleines de saveur et d'éléments très intéressants y compris pour ceux qui connaissent bien la Chine.
On est révolté au moment des passages sur les intrigues politiques de personnages avant tout soucieux de leurs propres intérêts et, de plus, de découvrir les ambitions colonialistes de certains. On est encore plus révolté, à la fin du livre, lorsqu'on découvre comment a été traité Auguste François par le gouvernement français de l'époque.
Ce livre est une véritable révélation sur un pan de l'histoire de France que nous ignorions tous. Il est vraiment indispensable de réécrire l'histoire, pour paraphraser Oscar Wilde”

Anne D.

reçu le 16 Octobre 2011

“un grand merci pour l'envoi de la captivante biographie d'Auguste François”

Simon Leys

Octobre 2011

« Un ouvrage passionnant sur une période de l'histoire de France peu connue du grand public et qui rend un juste hommage à Auguste François, homme intègre et fidèle à ses principes. »

Librairie Le Phénix

10 Octobre 2011

« Madame,

Je viens de terminer la lecture du “Consul qui en savait trop” et je veux sans tarder vous faire part de mes impressions. Elles se résument en 3 phrases :

découverte d'un vaste pan de l' Histoire internationale,
découverte d'un pan de l'Histoire coloniale de la France,
découverte d'un homme d'exception.
 
Votre ouvrage m'a en effet beaucoup appris.
Je supposais déjà que la présence de la France en Indochine et en Chine à la fin du XIXème n'était pas aussi simple que celle qui est classiquement présentée. Or, votre livre m'a fait découvrir des visées françaises extrêmement périlleuses et les ambitions dangereuses que pouvaient avoir certains industriels ou encore le fameux Paul Doumer. Il s'agit là d'une vision tout-à-fait nouvelle, qu'il faut absolument faire connaître aux historiens et à tous ceux qui s'intéressent à notre Histoire.

Et puis, le personnage du Consul François est tout à fait passionnant : sa lucidité, son courage, son indépendance d'esprit en font un homme qui force le respect. Il mérite lui aussi d'être connu, notamment en Chine. Il me semble que les Chinois seraient sensibles au respect qu'il manifestait à leur égard et à la pertinence de ses opinions.

Je souhaite un grand succès à votre livre qui ouvre de nouvelles pistes de recherche tout-à-fait passionnantes. »

Bruno U.

28 Septembre 2011

“Dans son livre “Le Consul qui en savait trop”, Désirée Lenoir nous accompagne dans une aventure extraordinaire au sein de la Chine et de l'Indochine à la fin du XIXe siècle, racontée avec une grande finesse, grâce à son style fluide, mais empreint de précision. Son travail de terrain et de recherche documentaire a ouvert les portes d'un monde que l'on ne connaît que trop peu encore. Par ailleurs, le lecteur prend progressivement conscience de la ressemblance entre la France d'aujourd'hui et celle d'hier, telle qu'elle s'était exprimée par la voix et les actions de certains hommes politiques de l'époque.
Désirée Lenoir dresse un portrait fascinant d'Auguste François, homme de scrupules et de rigueur intellectuelle.  ”Le Consul qui en savait trop” est un livre remarquable et passionnant. Bravo!

Un dernier mot: c'est bien dommage que les photos n'aient pas été mises en valeur.”

Louise T.

26 Septembre 2011

“Les tribulations du Consul François au Yunnan tiennent le lecteur dans une présence soutenue au fil des pages. J'ai appris beaucoup sur l'homme et le contexte de cette aventure économico-coloniale. L'information donnée est enrichie de nombreux commentaires et d'un fort argumentaire : au fur et à mesure de l'histoire, on ne peut s'empêcher d'imaginer l'état d'esprit des divers acteurs avec les connaissances en leur possession ; c'était d'apparence parfois loin d'être évident. Mais les annotations viennent écarter les doutes par des certitudes clairement fondées. Le livre devrait donc faire date.
Je regrette d'autant plus l'absence d'une cartographie et d'une illustration dignes de cette manne d'informations inédites. Pour la prochaine édition, certainement… Mais bravo pour le site internet !”

Guy B.

18 septembre 2011

“Livre passionnant à lire absolument accessible à tous lecteurs.Ce recit historique se lit comme un roman et permet d'avoir accès, à travers cet homme fabuleux qu'est Auguste François, à la politique de la France dans sa phase coloniale en Chine. Désirée Lenoir nous éclaire grandement sur ce sujet demeuré relativement obscur et pour cause…
La recherche est extrêmement rigoureuse et précise et le style est très enlevé. Les commentaires de l'auteur dans le texte, les comparaisons avec notre histoire actuelle sont des clins d'oeil très subtils que j'ai beaucoup appréciés. Cette construction du chemin de fer nous en dit long sur les agissements des grandes entreprises, pas toujours glorieux…
On peut comprendre qu'un homme aussi scrupuleux qu'Auguste François se trouve bien seul. Je suis reconnaissante à l'auteur, pour ce travail remarquable, et à l'éditeur pour l'avoir décelé et publié.”

Françoise C.

15 Septembre 2011

“Le Consul qui en savait trop est un travail tout simplement remarquable par l'analyse faite de la politique coloniale de l'époque, et surtout par la description des personnalités qui la faisaient.
Auguste François y apparaît d'une parfaite droiture, tout animé d'honneur et d'honnêteté qui forcent l'admiration.
Permettez-moi de vous féliciter pour ce travail rigoureux et de souhaiter bonne chance à cette publication.”

Guy S.

14 septembre 2011

Un an après les cérémonies qui ont marqué en 2010 le centenaire de la voie ferrée Kunming - Hanoi, Désirée Lenoir nous donne l'occasion de revivre les tribulations diplomatiques à l'origine de la construction de ce chemin de fer. Avec “Le Consul qui en savait trop”, nous en savons maintenant beaucoup plus sur Auguste François, figure emblématique et originale de la diplomatie française en Chine au début du 20ème siècle.

Yvon V.

13 septembre 2011

“C'est à regret que j'ai terminé la lecture du “Consul qui en savait trop”. Ce livre se dévore comme un suspense. Travail de recherche de première main dans les archives du ministère des Afaires Étrangères, il met en évidence les ambitions personnelles du ministre Paul Doumer gouverneur général de l'Indochine, et du parti colonial pour provoquer le prétexte de conquérir une autre province chinoise, le Yunnan. La conventionelle apologie de la colonisation s'en trouve mise à mal.
Les positions du Consul François sont le témoignage critique d'un acteur contemporain de l'époque.”

Jean S.

13 septembre 2011

Désirée Lenoir entreprend de déboulonner la statue érigée à Paul Doumer, le fondateur de l'Indochine française, qui avait l'ambition d'annexer la province chinoise du Yunnan. Il faut du courage pour s'en prendre à une icône nationale. Avec son livre sur Auguste François, Désirée Lenoir, auteur du Consul qui en savait trop, a entrepris de raviver la mémoire d’« un homme comme l’histoire en compte fort peu. De ceux dont on sait qu’ils changent son cours parce qu’ils sont présents au bon endroit et au bon moment. De ceux qui s’opposent avec courage et intelligence lorsqu’ils estiment devoir exercer un droit moral d’objection ». Elle ajoute qu’Auguste François a épargné une guerre à la France et qu’il a payé cher le tort d’avoir posé des questions embarrassantes et son audace d’avoir osé mettre en cause des personnalités considérables. Pour elle, l’éthique personnelle, intransigeante, qui présidait à l’exercice de son action reste « un exemple ».

Bernard Brizay

13 septembre

Des épisodes de l’Histoire restent parfois encore inconnus ou mal connus du grand public. À travers le personnage d’Auguste François, Le Consul qui en savait trop nous révèle des faits importants de l’histoire coloniale française en Extrême-Orient. L’auteur nous amène aussi à faire le parallèle avec la politique étrangère d'aujourd’hui. Quelles leçons peut-on, devrait-on tirer de l’Histoire? Du rôle du personnage d’Auguste François? L’ouvrage n’est pas seulement important pour les faits historiques qu’il révèle mais est aussi une leçon d’humanité, de respect de l’autre quelles que soient ses origines, croyances, que les vies humaines ont toute la même “valeur”. Je voudrais dire merci à Désirée, que je connais depuis de nombreuses années. Merci pour ce livre et pour son message si important. Tout lecteur attentif pourra lire ce message et l’appliquer dans sa vie quotidienne.

Ann B.

17 août 2011

Livre passionnant, montrant notamment la face “putchiste” de Paul Doumer (devenu ensuite Président de la République…!!), aspect historique totalement méconnu et tenu secret…
Si le texte est excellent, il y a beaucoup à dire sur la qualité des photos : navrante! On sent que l'éditeur a voulu faire des économies de bouts de chandelle, et surtout n'a montré aucun respect pour des documents historiques uniques.
Un index eût été le bienvenu.
Mais le bilan est tout à fait positif!
Quant à voter pour les propositions en l'honneur de la mémoire d'Auguste François, elles sont toutes indispensables et je me donne le temps de la réflection…

Jean-Claude R.

12 Juillet 2011

”(…) Je vous félicite pour cet important travail de recherche historique et de mise en perspective du parcours diplomatique d'Auguste François, dont les récits anecdotiques ne nous donnaient jusqu'ici qu'une idée générale, imprécise.
Cette approche comble une lacune et la perception du personnage en souffrait.
Je souhaite donc le plus grand succès au livre. Il sera précieux à l'association dans toutes ses actions à venir.“

Bernard Seydoux, Président de l'Association Auguste François (AAF)

commentaires.txt · Dernière modification: 2015/10/11 12:35 par luopan